Le développement de l'Internet en France
Un outil de communication non identifié
Le nouveau média tisse sa toile
De nouvelles perspectives politiques
Les politiques mises en oeuvre pour développer Internet
Une reconnection des désenchantés de la politique
L'Internet entre en campagne dans la présidentielle de 2002
La pré-netcampagne
La net-campagne "officielle" des candidats
Les internautes entrent dans la campagne
L'"autre" netcampagne dans l'entre-deux-tours
Regards sur les Etats-Unis
2000: les débuts de l’Internet dans une présidentielle américaine
Les primaires 2003 et le « déclic » Howard Dean 
2004: l’ancrage de l’Internet dans la vie politique américaine
Contributions extérieures
Textes académiques
Témoignages
Sources
Bibliographie
Liens commentés
 

L'imprécision des indicateurs statistiques mesurant le nombres d'internautes

La grande variété des indicateurs mesurant le développement d’internet est au début source de confusions. En effet, le dénombrement des internautes est opéré selon des critères nombreux et aboutissant à des résultats divergents. Si la distinction entre « internaute » et « abonné auprès de fournisseurs d’accès » a été immédiatement clairement établie, la définition de l’ « internaute » est fluctuante. En général, les enquêtes qualifient d’ « internautes » les personnes qui ont eu accès à internet dans un certain délai précédent l’enquête. Cette définition est extrêmement flexible dans la mesure où, d’une part, l’ « accès à internet » peut être entendu comme une activité occasionnelle ou régulière et, d’autre part, le délai pris en compte par l’enquête est variable. Ainsi, certaines études prennent en compte ceux qui ont un accès à internet sur leur lieu de travail, d’autres non. Certaines autres comptabilisent les usagers réguliers de l’internet, d’autres ceux qui se sont déjà connecté au moins une fois. Enfin certaines qualifient d’internautes les personnes qui se sont connectées dans le mois précédent alors que d’autres comptabilisent les personnes qui se sont connectées dans l’année. Au moment du développement d’internet, c’est-à-dire au moment ou l’intensité des pratiques relatives à ce nouveau média était extrêmement variable selon les individus, l’adoption d’une définition extensive ou au contraire très restrictive de l’internaute était tout à fait déterminante, les résultats variant, selon les choix méthodologiques, du simple au double. La souplesse des indicateurs a d’ailleurs été largement exploitée afin de soutenir des arguments opposés : les chantres du retard français s’appuyaient sur des statistiques très restrictives tandis que les inquiets stigmatisaient le développement rapide d’un média dangereux à l’aide de données très extensives.

Désormais, les pratiques se sont homogénéisées. Il n’y a plus, comme jusqu’à la fin des années 1990, un intérêt à distinguer utilisateurs occasionnels/réguliers, la plupart des individus considérés comme internautes étant aujourd’hui les usagers réguliers abonnés à un fournisseur d’accès. Les indicateurs sont donc aujourd'hui plus fiables.

Retour

les chiffres de l'internet de 1998 à 2003.

 

Projet collectif de Sciences Po - 2005 - http://netpolitiquean10.free.fr
Contacts : netpolitiquean10@free.fr