Le développement de l'Internet en France
Un outil de communication non identifié
Le nouveau média tisse sa toile
De nouvelles perspectives politiques
Les politiques mises en oeuvre pour développer Internet
Une reconnection des désenchantés de la politique
L'Internet entre en campagne dans la présidentielle de 2002
La pré-netcampagne
La net-campagne "officielle" des candidats
Les internautes entrent dans la campagne
L'"autre" netcampagne dans l'entre-deux-tours
Regards sur les Etats-Unis
2000: les débuts de l’Internet dans une présidentielle américaine
Les primaires 2003 et le « déclic » Howard Dean 
2004: l’ancrage de l’Internet dans la vie politique américaine
Contributions extérieures
Textes académiques
Témoignages
Sources
Bibliographie
Liens commentés
 

Le graphisme, le positionnement politique et l’image du candidat

Un site doit ressembler au candidat pour être le plus efficace possible, mais il peut aussi cherche à le présenter sous un nouveau jour plus avantageux, ou pallier aux « défauts » largement reconnus du candidat. Ainsi, le choix des couleurs, et la structure du site plus ou moins complexe, le langage utilisé, les photos mises en ligne sont autant de signes de la position politique et de l’image que le candidat cherche à montrer. C’est ainsi que l’Observatoire de la netcampagne analysa et interpréta à l'époque les divers graphismes des sites des candidats.

La charte graphique du site de François Bayrou découle de l'affiche de campagne " La relève " : un grenat et un vert-gris en sont les deux couleurs essentielles. C’est un site sobre, qui « ne cède pas aux sirènes de la société médiatique et du marketing infantile » selon l’ONC. Le graphisme est simple, clair et l'organisation équilibrée. L'accès aux informations est soigneusement structuré selon une organisation en cascade, des grandes lignes jusqu'aux thématiques plus précises (les 35 heures, le cannabis, les sondages, les banlieues...) On y trouve une galerie de photos, dont une de Bayrou bébé (!) et une interview audio où le candidat évoque sa famille, ses souvenirs sportifs…

Le site de Jean-Pierre Chevènement se veut rassembleur et mêle les couleurs traditionnelles de la gauche et de la droite. D’après l’ONC, la « navigation épurée et rigoureuse, qui n'adopte pas la logique du portail, plus fourmillante (multiples entrées éditoriales sur la page d'accueil, visibilité immédiate de toutes les rubriques) ».

Dans un article de l’ONC, Nicolas Moscovici a analysé l'iconographie chevènementiste sur le site de campagne : « Une page du site est réservée à une galerie de photos prises à Belle-île en Mer, dont celle qui sert d'affiche officielle de sa campagne. Le cadre de l'île bretonne offre un superbe décor de calme et de quiétude, propice à tout homme cherchant à trouver un destin à la France. Chevènement, au bord de l'immensité océane, apparaît comme quelqu'un qui prend de la distance par rapport à l'agitation de la vie politique et de ses bassesses qui ne plaisent pas aux Français. Il cherche par ce biais à se placer au-dessus de la mêlée, alors que son statut politique ne le lui permet pas forcément (il n'est pas le Président sortant et il a participé au gouvernement de la Gauche plurielle) ».

Pour accentuer les atouts du statut de " Président sortant ", la charte graphique du site de Jacques Chirac s'appuie sur un bleu-blanc-rouge populaire, peu stylisé. Notons qu'une telle appropriation des couleurs nationales est interdite sur les affiches et dans les spots télévisés de la campagne officielle, cadre juridique auquel n'est pas soumis un site de campagne. Chaque Français peut s'identifier à l'un des visages qui ornent le fronton de la page d'accueil. A l’évidence, les concepteurs du site ont pris pour modèle des sites politiques anglo-saxons, des portails éditoriaux, des sites de e-commerce dans lesquels l'ergonomie et l'attrait de l'attention sont recherchés en priorité. Dans la partie personnelle, un page seule est dédiée à une biographie très sommaire et une galerie photo montre Chirac avec les bleus en 1998, le pape Jean-Paul II et Bill Clinton.

Sur le site de Lionel Jospin, par contre, neuf pages sont dédiées à sa biographie racontée sour le prisme de l’histoire de France ! Le slogan « Présider autrement » surplombe toutes les pages. Est-ce aussi faire son site de campagne autrement ? Les couleurs utilisées sur le site de campagne de Lionel Jospin ne correspondent en effet à aucune symbolique, ni politique ni idéologique.

Le site de Alain Madelin héberge " La France de la liberté ", la " nouvelle France ", la France " aux couleurs de la vie ", et la " France du mouvement ", autant de slogans sur lesquels il s’est appuyé au cours de sa campagne. Une musique branchée et plusieurs applications flash accueillent l'internaute et comme sur un site de e-commerce, il y a des jeux, le CD de la chanson de campagne d'Alain Madelin est proposé, ainsi qu'un diaporama des thèmes principaux de sa campagne. La profusion des animations en flash, ou des documents lisibles via Acrobat Reader ont cependant pour effet d'exclure un grand nombre d’internautes qui ne sont équipés ni d'un lecteur quicktime, ni du logiciel Acrobat Reader, et plus généralement les utilisateurs ne disposant pas d'une connexion à haut débit.

Le site de Robert Hue est le seul dont la charte graphique respecte les couleurs historiques et idéologiques du Parti qui soutient la candidat. Les couleurs utilisées sont d’ailleurs transposées du site du PCF. La page d’accueil et la photo du candidat baignent dans un rouge « combatif ». Le site est aussi caractérisé par un langage fantaisiste, différent des autres sites, il y a des jeux de mots ("Très de caractère", "L'invente-ère") et du franglais ("Communistes on the web"), ce qui donne une image jeune, branchée et dynamique, au candidat du PC. Mais notons aussi que pendant quelques semaines, les chiffres étaient donnés en francs !

Jean-Marie Le Pen a choisit de mener campagne sous ses propres couleurs, un jaune orangé. La charte graphique du site rompt avec le "bleu, blanc, rouge" du site du Front National. Le Pen cherche à montrer qu’il offre une candidature plus "personnelle", sans la marque de fabrique du FN. Selon Romain Létang, webmaster du site, " le jaune orangé est une couleur solaire, elle est aussi une couleur à la mode et symbolise outre le printemps et la jeunesse, un certain renouveau, une sorte de renaissance et a l'avantage d'être une couleur chaude, rassurante et donc positive." Bien sûr, les photos du candidat qui accueillent l'internaute ne sont pas des plus récentes, les autres photos représentent la France rurale, l'église du village…

Quant au site de Noël Mamère, il révèle les couleurs d’une « écologie moderne et lucide, débarrassée des tons naïfs et manichéens des images écologistes d’Epinal » selon l’ONC. Malheureusement nous n'avons pas trouvé d'image pour illustrer ce propos... C’est aussi le seul site qui renvoie au site du Parti qui le soutient.

Aller vers "Les relations avec l’internaute : s’informer, débattre, militer"

 

 

Projet collectif de Sciences Po - 2005 - http://netpolitiquean10.free.fr
Contacts : netpolitiquean10@free.fr